Et la violence?

Parent responsable

On a tous entendu parler du drame de l’Hérault, un jeune boxeur dans le cadre d’une sombre histoire de romance adolescente a tué une jeune fille.

Le fait divers  est, on pourrait dire frappant… Plusieurs vies gâchées en un instant, stoppé net par la violence.

Laissons à la justice le soin de faire toute la lumière sur cette affaire, ce qui me pose souci ici, c’est la récupération politique, qui dès que l’on mélange [jeune+violence] aboutit à la consommation de films et jeux vidéos violents.

Apparemment, nous joueurs, sommes plus ou moins des monstres en puissance. Elevés à coup de Dragon Ball  et de Lucy Amour et Rock N Roll, l’instant n’est pas loin ou nous pourrions craquer, la bave aux lèvres et le doigt sur la souris, du frag virtuel au mass murder IRL.

J’avoue moi aussi j’ai mes instants d’égarements, je suis prêt à dégainer le Katana dans le tramway ou à sortir le Desert Eagle dans le métro. Mais c’est juste pour faire se lever les gens qui ne laissent même plus leurs places à la petite vieille qui vient de rentrer, ou faire bouger le gars d’à coté en Marcel qui arrose abondement tout le monde de ses fragrances d’aisselles. Pour le bien de tous en somme.

Pour revenir à l’idée centrale, c’est la simplification qui est faite de tout ca. Pour Luc Chatel, les réseaux sociaux sont responsables.

Mais les réseaux ne sont qu’un vecteur, ni plus ni moins, alors si l’idée de départ n’est pas mauvaise (empêcher les harcèlements entre élèves) le résultat ne sera pas là.

Ce sont des comportements antérieurs à Facebook et consorts et qui sont typiquement humain, on a tous croisé une tête de turc à l’école. Je ne dis pas qu’il faut l’accepter, mais il faut chercher les raisons pour prévenir cela et ne pas agir après coup. Car c’est un peu comme supprimer les dealers, et juste eux, tant qu’il y aura de la production derrière, la consommation ne s’arrêtera pas.

Le parallèle est à faire avec Nadine Morano, j’éviterais de faire des blagues sur notre ministre. Celle-ci déclare :

« « Il y a une augmentation de l’ultra-violence dans la jeunesse. Il faut se poser la question du pourquoi. Pourquoi au regard de l’éducation, donc la place des parents, pourquoi au regard de notre société, avec le développement de certains films vidéo très violents ou des jeux vidéo, certains très violents »

La question est évidemment pertinente, pourquoi les agressions à la personne augmentent, pourquoi tant de violence, de haine ? On vit dans Orange Mécanique !

Frustration, haine, sectarisme, paupérisation, éducation ? 10 ans d’une politique de droite qui se veut sécuritaire, mais qui n’a jamais su arranger les choses selon les faits.

L’éducation me parait primordiale, pour les gens de mon âge, je pense qu’une majorité a vu ses parents galérer sur informatique, aujourd’hui tout le monde sait envoyer un mail, mais il y a 10 ans, sur le clavier c’était la panique.

Bizarre d’ailleurs d’apprendre quelque chose à ses parents, la logique s’est inversée.

Les jeux-videos ont le même constat, il y a des jeux et des films pour tout âge, le contrôle parental doit être là.

Exactement comme les livres. Je ne mettrai pas entre les mains d’un enfant «Justine» ou le dernier « Hot Vidéo »; ca semble acquis pour tout le monde.

Les médias sont certainement encore plus violents, la encore le rôle du parent est central, expliquer, esquiver,  le JT,  chacun son choix, heureusement il existe Gully…

La même démarche est à faire dans le plaisir vidéoludique, seulement nous sommes en face d’une génération politique qui ne comprend pas, ou bien qui préfère adapter son discours vis-à-vis d’un autre électorat.

Certes il y a un problème de référence et de représentation (Le jeu vidéo un art ?) Pourquoi ne parle t-on que de GTA et jamais d’ICO ?  Les médias traditionnels préfèrent entretenir le doute, et créer de l’inquiétude plutôt que de faire le constat : « c’est ni plus ni moins ce vous en faites. » J’ai certainement moi-même joué à des jeux violents trop tôt, carmageddon et autres. Je ne me suis pas transformé pour autant

La violence dans le jeu est présente, on ne peut pas le nier, faire la distinction entre ce qui est réel et ne l’est pas, est aujourd’hui primordial, et on le fait de plus en plus tôt de par la télé.

Il faut bien sur protéger les plus fragiles qui eux risqueront de déraper.

Les désillusions font mal, oui j’ai longtemps cru au père noël, jusqu’à ce que dans la cour de récré la vérité tombe, dure et froide comme la réalité d’un matin pluvieux, la cour de récré, un monde infantile parfois plus dur et cruel que nos jeux-vidéos.

Publicités

One Response to Et la violence?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :