La Fraternité à la française

Je suis passé à côté d’une news qui m’a choquée et cela me donne l’occasion d’écrire le billet que je prévoyais en fin de semaine.

Jeudi dernier, le 30 juin, La place Bouazizi a été inaugurée à Paris. Pour ceux qui auraient vécu reclus dans une grotte ces derniers mois, Mohamed Bouazizi est un jeune tunisien qui s’est immolé le 17 décembre 2010 et a été à l’origine de la révolution Tunisienne. Bertrand Delanoë a donc décidé de rendre hommage à cette figure emblématique de la chute du régime Ben Ali. Le geste parait beau et honorable mais ce n’était qu’un écran de fumée. Owni décrit que les accès étaient surveillés étroitement par des CRS. Ils ont ainsi filtré l’entrée de quelques réfugiés tunisiens venus commémorer celui sans qui le régime serait peut-être toujours en place. Ils ont été priés d’attendre bien sagement que les politiques aient fini pour enfin entrer dans le parc vide de tous médias.

Cela reflète bien la mentalité des politiques français. D’un côté, on soutient les révolutions arabes et de l’autre, on expulse les migrants qui fuient le pays en lutte. Prenons l’exemple de Botzaris. Au 36 rue Botzaris, à Paris, des réfugiés tunisiens avaient élu domicile le 31 mai dans un ancien bâtiment du régime Ben Ali. Le bâtiment était en réalité une base arrière du RCD (le parti de Ben Ali). En se réfugiant là, ils ont mis la main sur des documents compromettants, impliquant également des hommes politiques Français. Le 7 juin, les CRS font évacuer les lieux et emmènent les tunisiens au commissariat avant de les relâcher dans la rue. Depuis, aucune solution n’a été trouvée malgré les nombreux appels des associations.
On peut également mentionner les propos de M. Guéant, ministre de l’intérieur à propos des migrants tunisiens :

« La France se réjouit que la Tunisie entre dans une ère de liberté et de démocratie, mais elle n’entend pas subir une vague d’immigration de Tunisiens justifiée strictement par des considérations économiques. »

En clair, nous vous soutenons, mais ne venez pas chez nous ! Faites les malins dans votre pays mais ne croyez pas venir en France passer vos vacances…

Nous sommes donc prêts à faire la guerre en Lybie, à dépenser plusieurs millions dans cette histoire mais ne voulons pas accueillir avec dignité quelques tunisiens effrayés. Qui sommes-nous pour agir ainsi ? Après s’être ridiculisé en proposant notre aide au gouvernement Ben Ali pour gérer les « émeutes », nous refusons désormais de venir en aide à un peuple opprimé et désabusé. Il faut arrêter les gestes symboliques et passer au concret. Des centaines de réfugiés sont à la rue et passent la nuit sous des tentes ou des cartons. Agissons ! Ils ont déjà été torturés par leur gouvernement. Ne les torturons pas à nouveau.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :