Le plaisir libre

Quoi de plus normal pour inaugurer cette rubrique, ainsi que mon premier poste sur Saveur Libre, que de parler de plaisir. L’oenologie est souvent utilisé dans les repas dans le but de se faire mousser. En même temps, quoi de plus simple que de sortir une Lynch Bage 2000 ou La Conseillante 2005 pour épater la galerie. A une centaine d’euros les 75 centilitres, on peut difficilement se tromper. Pourtant, même Pétrus a ses mauvaises années. Ce n’est pas mieux du côté des puristes du vin, pour qui les buveurs d’étiquettes ne sont que des hérétiques.

Le plaisir se situe selon moi entre les deux, savoir profiter d’une Haut Brion, tout en s’ouvrant à des petites exploitations du sud ouest. Ceci est d’autant plus vrai en champagne, où les intégristes ne jurant que par les petits exploitants crient haut et fort qu’une Dom Perignon ne serait même pas digne de remplir leur chasse d’eau. Alors qu’entre nous, une Dompé 2002 ca ne se refuse pas.
L’intérêt d’ouvrir une bouteille entre amis vient aussi de l’échange, du partage. On a pas forcément les bons mots pour exprimer ce que l’on ressent au début. Il est par exemple très difficile de discerner avec précision les arômes. Pour autant, cela n’empêche en rien d’apprécier un vin plutôt qu’un autre.
Bref je pense qu’avant tout, il est important de prendre du plaisir, l’ouverture d’une Angelus 1982 entre amis m’en a récemment persuadé. Savoir gouter un vin c’est donc avant tout savoir en profiter.
Maintenant, en ces temps de crise, il faut plus que jamais s’ouvrir à des producteurs moins connus, les grandes maisons de bordeaux notamment deviennent pour ainsi dire inaccessibles. Même les prix en champagne, relativement fixes en règle générale, bien que souvent assez élevés, ont tendance à monter au fur et à mesure des millésimes.
Le plaisir n’a pas de prix…
Image
Publicités

2 Responses to Le plaisir libre

  1. zOrel says:

    Je suis entièrement d’accord avec toi. On ne peut pas refuser une Dom Pé ou une Lynch Bages mais il faut savoir aussi goûter aux vins de terroir des petits producteurs.
    En tout cas, bienvenue sur Saveur Libre!

  2. villet says:

    Bonjour

    Je n’ai pour habitude de laisser un commentaire sur un site mais devant tant de bon sens ma foi; oui tu as raison que la raison ne tient pas devant une bonne bouteille du Languedoc de bordeaux où bien d’ailleurs si ce n’est que nous amateurs avons bien du mal à suivre les prix de folies des spéculateurs en tout genre qui nous emmènent sur des coûts qui sortent de nos bourses. Un vin en primeur à 100 euros qui cinq ans après passe à 250 ou 400 sur n’importe quel site, folie !
    le vin n’a pas de prix, et peut-être n’en a-t-il plus… jusqu’à quand ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :