Dom Pérignon Vintage 2002, Impérial!

Aujourd’hui à la dégustation je vous propose le non moins prestigieux Dom Pérignon Vintage 2002. Est-ce vraiment nécessaire de faire les présentations ? Pour ceux qui l’ignore, il s’agit de la cuvée prestige de Moët et Chandon, et donc par extension LVMH, cependant certains détails amènent à penser que Dom Pérignon tendrait à devenir une cuvée indépendante. Sans exagérer, pratiquement toutes les années sont millésimées par la maison, même les années moyennes. Notons par exemple le 1999, qui n’était certes pas une mauvaise année, mais un millésime plutôt moyen, pas suffisant pour en faire, logiquement, une cuvée prestige. Chez un autre producteur de champagne cela aurait simplement donné un cru millésimé, et non une cuvée prestige. C’est ce qui vaut là le désamour des amateurs de champagne, au profit de maisons plus élitistes, Ruinart par exemple avec son Dom Ruinart dont seules les excellentes années sont millésimées (et encore…). Malgré tout, même si Dom Pérignon millésime la grande majorité des années, cela n’entache en rien selon moi la qualité des bonnes. D’ailleurs, les versions Oenothèques sortent régulièrement pour les meilleurs millésimes, conservés plus longtemps en cave que les versions Vintages, elles sont de meilleures qualités. Il s’agit là finalement de la cuvée prestige de Dom Pérignon.

Et voilà donc que pointe le nez d’un Vintage 2002, très grande année en champagne (meilleure que 1996 pour certains experts, c’est pour dire) sur la table d’un apéritif entre ami. La première impression avec une Dom Pérignon c’est avant tout la curiosité et l’admiration. La bouteille en impose clairement, on sait que l’on passe aux choses sérieuses. On remarque d’ailleurs que sur l’étiquette il n’y a plus la mention « Moët et Chandon » comme par le passé, signe de la volonté d’indépendance de la maison.

Une fois versé, la première chose qui frappe c’est la robe de ce millésime 2002. Elle est dorée et éclatante, avec une certaine élégance. La bulle est présente, et une mousse délicate se forme. C’est clairement une sensation de finesse qui ressort à l’œil. Le nez est quant à lui développé, très bien construit, avec des notes fruités assez discrètes. La bouche est éclatante, sans trop en faire et de notes de pains d’épices se dégagent. La bulle est fine, présente, sans être dérangeante. La longueur est excellente, et le final réellement convainquant, ce que l’on attend d’un champagne de cette qualité.

Reste malgré tout une sensation de jeunesse dans ce champagne. 10 ans pour un millésimé, et notamment pour une cuvée prestige telle que celle-ci, c’est un peu court, et cela se sent. Certaines saveurs peinent à arriver, et quelques années de plus ne seront pas de trop.

Rendez- vous est donc pris pour une seconde dégustation d’ici quelques années, en attendant ce Vintage 2002 reste une grande réussite. Un vrai coup de cœur, n’en déplaise aux anti-buveurs d’étiquettes.

Publicités

One Response to Dom Pérignon Vintage 2002, Impérial!

  1. Merci pour ce très bon article!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :