Toulouse : Quand un fait divers devient un évènement politique

Depuis lundi matin, tous les médias sont en édition spéciale afin de nous retranscrire le peu d’informations qu’ils arrivent à glaner sur la tuerie qui a eu lieu à Toulouse dans une école confessionnelle. Impossible que vous ayez manqué cela. Même le net est en effervescence. Ma timeline sur Twitter regorge de cette soudaine compassion et cette prétendue solidarité républicaine.

Je vous le dis, tout cela me donne des haut-le-cœur. Je trouve que tout cela a une odeur nauséabonde et reflète bien l’hypocrisie générale et en particulier de la classe politique. Je comprends l’émotion, je plains les familles des victimes et les écoliers concernés, je ne cherche pas à minimiser le drame terrible pour ces personnes.

Ce que je mets en cause, c’est la récupération de ce fait divers par les médias et les politiques. Car c’est bien un fait divers, je choque peut-être en disant cela, mais tant pis. Chaque année, en moyenne, ce sont 130 personnes qui sont victimes d’homicide par arme à feu. A cela, se rajoute tous les cas non recensés ou de cause inconnue. Je sors ces statistiques d’une enquête qui commence un peu à dater de l’Inserm.

Pourtant, je ne vois pas tout ce déballage à longueur d’année. Alors, bien sûr, cette fois, une école juive est ciblée, ce sont des enfants. Et de surcroît, il pourrait s’agir d’un tueur en série vu que l’arme est identique à celle utilisée pour tuer les militaires quelques jours plus tôt. Tout cela sent bon l’audimat facile pour les médias. On nous sort donc l’artillerie lourde en nous assommant d’éditions spéciales qui n’ont rien à apporter de plus que les faits déjà maintes fois décrits. On nous sort des pseudos analyses psychologiques du tueur, des conseils pour gérer cela dans notre famille avec nos enfants, des interviews d’enfants et de parents en pleurs venus se recueillir sur les lieux du drame. Tout cela sans aucune pudeur. On exploite la tristesse légitime des proches afin d’émouvoir tout le pays et faire gonfler les audiences ou les ventes de papier. Je me souviens d’un article qui retranscrit très bien les abus des journalistes dans l’affaire du récent crash d’un bus rempli d’enfants belges. On y comprend que tact et pudeur ne sont pas les premières qualités de ces photographes et pseudo journalistes.

Ce qui me dégoûte le plus, toutefois, c’est la récupération politique. Depuis lundi, la campagne est soi-disant mise en veille. Pourtant, j’ai l’impression qu’elle n’a jamais été aussi forte. Chaque candidat y est allé de son petit communiqué officiel. Les pires restant les 2 favoris : Hollande et Sarkozy qui ont annulé leur programme pour se rendre sur place et pour participer à la minute de silence organisé ce mardi matin. Mais pourquoi font-ils ça ? Par compassion ? Parce qu’ils sont émus ? Non, c’est une occasion de se montrer proche du peuple et de se positionner en tant que futur président. C’est une occasion d’annoncer de nouvelles mesures. Je trouve cela plus que nauséeux… La présence d’un politique n’a jamais aidé quelqu’un à surmonter sa peine.

Cette affaire risque de marquer les élections de manière significative. Rappelez-vous avril 2002. Un reportage sur l’agression d’une personne âgée avait eu des conséquences regrettables sur l’opinion. On remarque déjà que la sécurité arrive en force. Et ce thème risque de polluer pour le dernier mois la campagne présidentielle. Déjà, le plan vigipirate a été porté au niveau écarlate. Du jamais vu. Les policiers municipaux de Toulouse ont été réarmés. On cherche à vous faire peur, à vous faire comprendre que votre vie est en danger mais rassurez-vous, nous, les hommes politiques, sommes là pour gérer la situation et vous protéger.

Pourtant tout ceci est de votre faute messieurs-dames, les Politiques. Vos propos visant à cliver les communautés ont renforcé chez certains la haine de leur semblables. Vous encouragez par vos discours les clivages dans notre société. Au lieu de favoriser le « Vivre ensemble », vous faites des différences, vous cherchez à catégoriser chaque population. Vous encouragez la haine des autres. Même entre vous, vous n’êtes pas capables de vous respecter. Les insultes et les attaques personnelles fusent depuis quelques semaines. Vous ne montrez certainement pas le bon exemple.

Alors que certains reportent encore la faute sur les jeux vidéo (je ne citerai personne, de peur de leur faire de la pub), il serait temps de pointer du doigt les vrais responsables des maux de notre société.

Publicités

4 Responses to Toulouse : Quand un fait divers devient un évènement politique

  1. Zegnou says:

    Effectivement, je perçois dans tout cela l’irresponsabilité des médias, prêts à sauter sur tout ce qui bouge, à sur-informer, et même souvent déformer dès qu’on leur donne un os à ronger. Au lieu de relayer la moindre déclaration et faire des directs pour occuper l’antenne, les journalistes auraient pu s’interroger sur l’obscénité de leur discours pour les familles des victimes, et son influence quant aux résultats des élections. Car au delà de la récupération, c’est surtout une sacrée campagne de pub’ qui va s’offrir aux ténors de la politique, et pour pas un rond en plus (la vie de quelques citoyens français ne coûte pas grand-chose). Une trop belle occasion d’inverser les tendances…
    Pour moi, les médias sont clairement acteurs de cette vampirisation des faits à des fins électorales, à partir du moment où ils associent explicitement la campagne présidentielle à ce triste évènement : ils relayent chaque déclaration des candidats comme si c’était le scoop du siècle, entre deux éléments de l’enquête. Bien évidemment il fallait stopper la campagne, et même dès le second meurtre, c’était le minimum de décence. Mais cette interruption aurait dû être à l’initiative des médias, c’était à eux d’appuyer sur « Pause », de couper les micros. C’est ce qu’ils auraient fait s’ils avaient eu une once de déontologie. Au lieu de cela, ils ont laissé la politique-politicienne s’inviter dans ce drame avec une inconvenante vulgarité.

  2. Ping: Délit pénal pour la consultation de vilains sites internet « Saveur libre

  3. Ping: Délit pénal pour la consultation de vilains sites internet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :