Délit pénal pour la consultation de vilains sites internet

Bienvenue en Eurasia chers camarades. Le néo-bolchévisme est en place depuis maintenant 5 ans et vous prêtez toujours allégeance à votre chef suprême bien aimé. Quoi ? Vous n’êtes pas au courant ? Vous ne comprenez rien à ce début de billet ?

C’est pourtant très simple. Dans le livre de G. Orwell, 1984, nous ferions partie de l’Eurasia. L’un des 3 grands blocs qui composent le monde moderne. Le parti majeur de notre pays serait le néo-bolchévisme, mutation d’un régime soviétique en régime totalitaire et ultra sécuritaire. Vous ne voyez toujours pas là où je veux en venir ?

Et bien, commençons par le début. Suite à ce fait divers largement instrumentalisé par les médias et les politiques, notre cher président nous a pondu un beau discours comme il sait si bien le faire. Pendant  ce speech, il nous a sorti LA mesure permettant enfin de faire face au terrorisme et de résoudre tous nos problèmes :

« Toute personne qui consultera de manière habituelle des sites internet qui font l’apologie du terrorisme, ou véhiculant des appels à la haine ou à la violence, sera punie pénalement« 

Voilà donc, où nous en sommes arrivés. Je pressentais déjà dans mon précédent billet que cette histoire à Toulouse allait pousser la campagne présidentielle vers des contrées peu fréquentables. Mais là, je suis sous le choc. Je n’ai pas voulu écrire à chaud suite à cette annonce, me laissant le temps de voir cette proposition sous un meilleur aspect. Mais le temps n’y a rien changé. C’est purement et simplement une avancée inacceptable vers un régime sécuritaire liberticide. Et il faudra combattre de toutes nos forces cette proposition si celle-ci est amenée un jour devant nos députés.

Cette idée est digne d’un dictateur, digne des romans d’anticipation, digne d’un régime totalitaire usant de l’émotion populaire pour justifier l’injustifiable. Car on nous parle bien de privation de liberté. Vous pouvez dire adieu à votre liberté d’information, votre liberté d’expression, votre liberté d’action. Le simple fait de consulter des sites vous amènera devant un juge. Je ne parle même pas de l’intrusion dans votre vie privée que cette mesure devra instaurer. En effet, votre connexion sera espionnée afin de déterminer si vous respectez la pensée admise par le gouvernement.

La réalité rejoint la fiction et il est temps de dire STOP. Il est temps de leur montrer que nous ne sommes pas d’accord. Je compte sur vous pour que mes enfants ne se retrouvent pas en Eurasia.

Source

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :