Et si on reparlait un peu de nos finances

Dans cette campagne présidentielle désastreuse, les sujets de fond sont rares et il est important de ne pas les oublier pour autant. La question de notre déficit est une problématique cruciale pour les années à venir. Comment le réduire ? Que proposent les candidats ?

Malheureusement, les favoris préfèrent parler de sécurité, de terrorisme, d’islamisation, de viande halal et j’en passe plutôt que de nous montrer concrètement et clairement ce qu’ils vont faire pour réduire notre déficit.

J’ai lu rapidement le dernier rapport de la cour des comptes. Et comme on pouvait s’y attendre, la situation n’est pas idyllique. Nous avons un déficit supérieur à la moyenne de la zone euro (5.7% contre 3.7%) et nous avons concentré nos efforts sur la hausse des prélèvements sociaux mais oublié la réduction de nos dépenses publiques. Cela révèle bien la philosophie du pouvoir en place. D’autant que les plus riches ont bénéficié pour leur part d’allégements fiscaux par le biais de niches fiscales diverses et variées.

Toutefois, malgré ce rapport plein de sens, le gouvernement ne tire aucune leçon de ce fiasco budgétaire. Valérie Pécresse dénonçait récemment les 500 milliards d’aides aux plus démunis depuis 2007, fautifs, selon elle, de notre situation. Son but étant de raccorder l’augmentation du déficit de 500 milliards et les dépenses sociales. Or il s’agit là de toute autre chose et sur la même période, qu’est ce que 500 milliards d’aides sociales sur les 5 500 milliards de dépenses totales ? On voit bien ici la tentative de manipulation de l’esprit.

Ce sujet est trop important pour être pris à la légère. Nous arrivons à un point où nous finançons nos intérêts d’emprunt par de nouveaux emprunts. Chaque « bon père de famille » comprend alors la gravité de la situation. D’ailleurs, si un particulier tentait cela, il serait vite mis en situation de faillite personnelle et fiché à la banque de France. Mais l’Etat est tout puissant et fait ce qu’il veut.

Alors, je lance une piste, juste une, histoire de proposer quelque chose. Concernant la sécurité sociale, dont le trou devient abyssal, j’ai une idée qui devrait permettre de faire pas mal d’économies. Lors de mon voyage au Canada, j’ai malheureusement dû tester leur système de soins suite à un petit souci. J’ai été impressionné par leurs pharmacies. En effet, en France, à chaque rhume, vous obtenez 4 boites de paracétamol, une bouteille de sirop pour la toux, 2 boites d’antibiotiques et que sais-je encore. Au Canada, vous ne recevez que ce dont vous avez besoin. Le sirop vous est donc donné au millilitre près selon la durée du traitement. Les cachets vous sont également donnés dans une boite et comptés à l’unité près. Cela évite de nombreux gaspillages, source de dépenses inutiles. Et tout cela, sans frais supplémentaires pour la mise en place. Voilà donc ma proposition.

Tout cela pour dire qu’il y a des solutions. Il faut juste se donner la peine de les chercher. Donc, s’il vous plaît, chers politiques, cessez de vous égarer et concentrez-vous sur nos vrais problèmes !

Publicités

One Response to Et si on reparlait un peu de nos finances

  1. Zegnou says:

    Bonne idée pour le dosage des médicaments, mais c’est oublier un peu vite la connivence entre notre gouvernement et leurs copains les lobbies pharmaceutiques… Ce ne sont pas les idées qui manquent, le plus souvent c’est l’honnêteté, malheureusement.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :