Et si on jetait un coup d’œil sur les marchés ?

Après avoir parlé de notre dette, si on allait voir ce qui se passe du côté des marchés financiers ? Car là encore, depuis quelques semaines, c’est le noir total. Plus personne ne parle de la crise financière. On croirait presque que tout est réglé, que l’Europe est sauvée. Pourtant, il n’en est rien. Et je vais vous le démontrer encore une fois.

Regardons d’abord les taux d’emprunt à 10 ans.

Sur ce graph, on constate que les taux de l’Espagne sont en forte hausse depuis un mois. Elle est obligée d’emprunter à un taux de 5.76%. C’est presque 1 point de plus qu’il y a un mois. La France reste à peu près stable autour des 3%. Toutefois, ça reste le double du taux allemand. Tout cela signifie que les marchés reprennent peur. Ils n’ont plus confiance (encore une fois). Ils s’attaquent donc désormais à l’Espagne avant de s’attaquer peut-être dans un futur proche à la France.

D’ailleurs, si l’on regarde le CAC 40, la situation n’est pas plus optimiste.

On constate encore que sur le dernier mois, la tendance est fortement baissière. On passe de 3600 points le 16 mars à 3200 points le 10 avril. Idem sur l’Eurostoxx.

La crise est donc bien encore présente. Pourquoi revient-elle maintenant me direz-vous. La BCE a caché la poussière sous le tapis en injectant des centaines de milliards. Cela a fonctionné pendant un moment, c’est vrai. Mais cette nouvelle enveloppe de billets frais commence à s’épuiser et mécaniquement, les symptômes réapparaissent puisque la maladie n’a pas du tout été soignée…

De plus, j’apprenais hier qu’à partir du 16 avril, chaque petit boursicoteur pourra spéculer librement et simplement contre la dette française. Ce petit jeu était jusque là réservé aux gros établissements financiers mais le 16 avril, l’Eurex, le marché des dérivés, va ouvrir un contrat à terme sur la dette française. Ce contrat est également assorti d’un effet de levier plus qu’alléchant. Bref, si on passe les termes techniques, comprenez que tout le monde pourra faire joujou avec notre dette simplement. Ainsi, les marchés pourront librement attaquer notre pays, sans avoir recours à des produits complexes et mal compris.

Quand on voit la situation de l’Espagne, cette nouvelle fait froid dans le dos et nous promet de belles frayeurs sur les marchés dans les semaines qui suivent.

Vous l’aurez compris, la crise est bien là, elle n’est pas partie. La situation économique des pays européens ne s’est pas améliorée, au contraire. Et plus on attend, plus la chute fera mal. Vous êtes prévenus maintenant…

Publicités

2 Responses to Et si on jetait un coup d’œil sur les marchés ?

  1. Ping: La France attaquée Suite et (bientôt) fin « Saveur libre

  2. Ping: La France attaquée Suite et (bientôt) fin

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :