Tous ensemble

Voilà, le nouveau président français vient d’être investi officiellement de sa fonction. Nous voici de nouveau enfermés pour 5 nouvelles années d’immobilisme idéologique. 5 ans pendant lesquels mes rêves de société nouvelle resteront pensées. 5 ans de sursis pour ce système qui nous montre chaque jour ses faiblesses et ses échecs.

Inutile de reporter la faute sur quelqu’un d’autre. Nous sommes tous responsables de cet immobilisme. Nous avons décidé de mettre cet homme à la tête de notre pays. Nous avons donc cautionné ce système qui nous opprime depuis de trop nombreuses années. En votant pour Hollande ou pour Sarkozy, les Français sont devenus responsables de leur sort pendant ces 5 prochaines années et du retard engrangé pour la fondation d’une société réellement novatrice.

Je remarque toutefois avec fierté que le vote blanc/nul a été plus important que les autres années. Signe d’un désintérêt ou rébellion contre les choix proposés ? Je pencherais pour la deuxième option. Si vous me suivez sur Twitter, vous savez que j’ai opté pour le vote nul. J’ai inséré un bulletin personnalisé dans mon enveloppe. Un bulletin sur lequel il n’y avait pas de nom mais une entité, un groupe d’individus : NOUS, le peuple ! J’ai voté pour le peuple, oui. Et j’ai même laissé la possibilité à mes concitoyens de faire le même choix que moi en laissant un petit tas de ces bulletins atypiques dans l’isoloir. Comme disait Georges Carlin, pour ne pas être responsable des agissements de ceux qui vous gouvernent, ne votez pas. Il n’a pas tort dans le cas où tous les prétendants sont enfermés dans une seule et unique philosophie directrice, à savoir : le néo-capitalisme.

Quelle est donc la solution ? Si personne ne va voter, qui va diriger le pays et quelle politique sera appliquée ? C’est là que le peuple intervient. C’est à nous d’intervenir désormais. La politique doit venir du peuple, pas l’inverse. Zegnou m’a fait découvrir Etienne Chouard et sa façon de décrire la démocratie. Il démontre que le problème vient de notre conception actuelle de la démocratie. Le système est complètement détourné de son but initial. Nos représentants nous ont confisqué le pouvoir. Le peuple n’a plus de moyen pour se faire entendre et peser sur les décisions importantes. Il recommande donc un tirage au sort pour la désignation de nos délégués politiques.

Je vous passe les détails de son raisonnement mais l’idée est là. Tout doit reposer sur le peuple, directement. Or, le problème, c’est que de nos jours, les citoyens se moquent éperdument de la politique. Ils se sont progressivement coupés de ce qui est pourtant vital pour leur quotidien et leur avenir. Car ce sont bien nos dirigeants qui décident de notre façon de vivre, des règles les plus basiques aux lois constitutionnelles qui régiront notre avenir. Ce qui est étonnant, c’est la ferveur rencontrée lors de l’élection présidentielle. Lorsqu’il s’agit de choisir un homme pour chef, tout le monde est motivé. On assiste à des débats sauvages dans la rue, sur internet. Mais une fois la période électorale passée, plus personne ne s’intéresse à ce qui est décidé par cet individu que l’on a hissé au dessus de nous. C’est pourtant l’inverse qui serait plus logique.

Le peuple doit donc décider de la politique et s’y intéresser. Mais comment faire ? Dans mon dernier billet, j’étais plutôt défaitiste. Mais après quelques discussions avec des amis qui partagent ma vision des choses, j’ai décidé de ne pas abandonner et de continuer le combat pour rendre le pouvoir au peuple. Partout dans le monde, des individus se réveillent et ouvrent les yeux sur les failles de notre système. De plus en plus de personnes comprennent que le capitalisme moderne est devenu notre Léviathan. Ce système détourné par nos représentants et les institutions financières pour favoriser les intérêts privés d’une minorité d’individus va causer notre perte. Ce constat est partagé par de nombreux citoyens. C’est d’ailleurs de là que se sont formés différents groupes comme les indignés ou les occupy et même les anonymous dans une certaine mesure. Partout des activistes se mettent à écrire et à manifester leur envie de changement. Mais nous ne sommes pas ou peu entendus.

Et c’est tout à fait normal. Chacun agit dans son coin, à son niveau, avec son propre réseau d’influence. Imaginons maintenant que ces mêmes activistes se regroupent pour former une seule et même organisation. Imaginons dès lors qu’au lieu d’avoir un brouhaha de revendications, il y ait un unique projet commun proposé par cette nouvelle entité internationale. La portée serait alors différente. La masse unie des individus ferait pencher la balance de notre côté.

Il y a quelques projets qui se créent un peu partout sur la toile. Mais aucun n’acquiert assez d’influence pour rassembler les activistes du monde entier. Pourtant, c’est bien là la clé de voûte de notre société nouvelle : le rassemblement. Une fois que les différents activistes auront un espace commun pour partager et construire ce nouveau projet, le peuple commencera à les entendre et à croire enfin qu’un autre monde est possible.

Car c’est un véritable frein cette résistance au changement. La majorité pense que notre système est le seul qui puisse être fonctionnel malgré ses imperfections. Le peuple s’est fait à l’idée qu’un monde juste, libre et prospère était impossible. C’est un lavage de cerveau d’une ampleur telle que chaque nouvelle idée est balayée sans même un regard. Si bien que lorsque l’on propose un projet basé sur le partage des richesses et des ressources, on reçoit très vite une fin de non recevoir. Mais si ce projet est porté par des millions de personnes, le peuple remettra alors en question les acquis imposés par la caste dirigeante. Et on aura alors une chance de créer un système plus sain dans lequel nous ne serons plus exploités par une minorité.

Vous l’avez donc compris, tout repose sur la création de cet espace commun de réflexion où chacun pourra apporter son idée pour la confection d’un seul et même projet. Au final, ce n’est pas grand chose. C’est un détail technique. Le plus dur sera d’avoir assez d’influence pour convaincre les activistes de rejoindre et de participer à cet espace. Mais c’est possible. Il faut pour ça communiquer et partager cette idée. Encore une fois, je me répète mais tant pis, parlez-en autour de vous. Partagez ce billet sur les réseaux. Ecrivez-en un avec vos propres mots et diffusez-le. Utilisez tous les moyens qui sont à votre disposition pour répandre cette idée qu’un monde meilleur est possible. Il suffit juste de se rassembler. Je compte sur vous tous. Tous ensemble, nous y arriverons. Tous ensemble, nous nous libèrerons. A vous d’agir désormais !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :