Après le printemps arabe, place au printemps érable

Le printemps doit être une saison propice à la révolte populaire. Cette fois, ce sont les étudiants québécois qui sont dans la rue pour manifester haut et fort leur envie de justice et de liberté. Petit retour sur les faits…

Depuis maintenant près de 4 mois, les étudiants se battent contre l’augmentation des frais de scolarité. En 5 ans, cette hausse devrait se porter à 75% ! Ne pouvant assumer de tels frais, les jeunes sont sortis dans les rues et ont décrété la Grève Générale Illimitée (#GGI). Ce sont des centaines de milliers d’individus qui font grève et arborent fièrement un carré rouge comme symbole de ralliement depuis plus de 100 jours. Du jamais vu ! Les autorités québécoises ne veulent pourtant rien céder et envoient les forces de l’ordre pour faire évacuer à coup de matraque les manifestants pacifiques.

Mais le 17 mai, la loi 78 ou « loi spéciale » est venue attaquer les libertés les plus fondamentales des individus en déclarant illégales les manifestations, et en restreignant la liberté d’expression. Les étudiants ne peuvent donc plus s’exprimer librement depuis cette date. Les policiers s’en prennent même à leur symbole en arrêtant arbitrairement des personnes portant le carré rouge sur leurs vêtements. Les internautes s’exprimant sur Twitter sont également menacés par cette nouvelle loi digne d’un régime totalitaire.

Pourtant, malgré ces interdits et les amendes élevées pour ceux qui se font prendre, les étudiants tiennent bon et continuent de manifester chaque soir dans les villes. Leur courage et leur abnégation a réveillé la gauche dans ce pays fortement ancré à droite depuis de nombreuses années. Ainsi, ce n’est plus seulement un simple mouvement étudiant, c’est devenu désormais une mobilisation générale pour la défense de la liberté et de la justice.

Face à ce regain d’énergie, les forces de l’ordre semblent désemparées et on assiste à de nombreuses scènes de violence gratuite de la part de policiers zélés. Des coups de matraque, des gaz au poivre, des bombes lacrymogènes, tout y passe. Et les abus sont de plus en plus nombreux. Partout sur le net, on peut trouver des vidéos ou des photos d’actes injustifiés et abusifs de la part de la police québécoise.

Les Anonymous ont également annoncé leur soutien au Québec en lançant #OpQuébec. Ils ont alerté les autorités et ont lancé plusieurs attaque de type DDoS visant à rendre inaccessibles les sites gouvernementaux.

Je soutiens bien sûr ces québécois courageux qui se battent pour leur liberté d’expression. Et je ne peux m’empêcher de penser que les mêmes mesures en France n’entraineraient certainement pas la même réaction… Québécois, tenez bon !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :