Diablo III, le retour du Maître.

         A l’époque, lorsque j’ai arrêté de jouer à Diablo II et mis mon barbare au placard, je me disais que je ne verrais surement pas le III.  Les lettres de noblesse du Hack’N’Slash  étaient écrites par Blizzard, et s’il n’y en avait qu’un pour régner sur les autres et dans les ténèbres les lier, ça serait celui-là.

Bien entendu, il y en a  eu d’autres. Titan quest, ou Torchlight pour ne citer que ceux-là. Mais rien n’approchait le niveau d’un Diablo.

Alors certes pour moi Diablo c’est plus qu’un jeu, c’est des années de souvenirs, les parties nocturnes sur le 1. D’abord sur PS1 en coop chez les potes. A étaler des tonnes de tas d’or sur le marché de Tristram. Une musique envoutante, un jeu unique.

Puis ce fut le 2, et un an après l’extension, les LANs Party s’enchainèrent, avec les galères de conflits d’ip et CIE. C’était le bon temps, celui où on en bavait pour buter Duriel. (une horreur ce boss) C’est représentatif d’une époque. Une époque révolue pour moi, l’adolescence. Je suis donc plus sur le domaine de l’émotionnel quand j’aborde ce jeu.

Tout ça  est donc relégué au rang des souvenirs,  quand ce fut le choc. Blizzard balance une vidéo de Diablo III à sa convention il y a quelques années…

Finalement le désir monte, les infos débarquent au compte-goutte. Au début je ne devais pas craquer…

Forcément si j’en parle ici, c’est que j’ai craqué.

Quand j’ai commencé une partie, avec Krom barbare de son état, c’est toute une ambiance qui me revient en pleine tête. Sauvez Deckard, Tristram, Léoric, les Horadrims, tout est là. On est à la maison.

Et on retombe vite dans les habitudes, cherchez l’élite sur la map, vider les grottes, prier pour du loot…

La partie devient intéressante en mode cauchemar jusque-là, pas trop de difficulté. Le génie de Blizzard est d’avoir su retirer le superficiel, fini les parchemins à stocker etc. Tout en ayant gardé l’essentiel, l’important.  Pareil pour les mécanismes de jeu qui sont en fait plus complexes que l’on ne pourrait le croire.

Le fait de pouvoir constituer son template au fur et à mesure sans restriction, laisse un nombre bien plus élevé de façon de jouer, c’est une riche idée.

On se concentre sur le fun, l’essence même du Hack’. Pour moi ce jeu est tout simplement ultime.

Addictif, précis, envoutant, prenant, bref tout ce qui fait les jeux cultes. ( La patte Blizzard?)

Les hordes de gamers blasés trouveront toujours à redire mais pour moi c’est un coup de maître.

Même l’hôtel des ventes, qui est un jeu dans le jeu. Pourtant la gestion est imprécise, les filtres nazes, mais on se retrouve à fouiner, à acheter, et à revendre.

A voir si au bout du compte, on ne crée par une alternative, plus besoin de dérouiller de la Vache pour du stuff ultime on le trouve sur l’HV. J’ai quelques craintes pour l’argent réel mais on verra.

Le seul bémol, c’est bien sur la connexion permanente. Rien de plus frustrant de se dire que l’on va jouer une petite demi-heure, et de tomber sur une maintenance (Mais je joue en Solo bordel). Sans compter les lags, bien présents, et tout simplement décourageant pour les hardcores.

Donc comme d’habitude c’est le consommateur qui trinque.

Pour en revenir au jeu en lui-même, mon avis (qui n’engage que moi) est donc très positif. C’est un vrai bonheur de retrouver ces sensations. Et même si je ne peux plus faire des nuits de jeu comme auparavant (travailler ça craint) le jeu peut s’aborder en petites sessions sans problème.

J’ai d’ailleurs hâte d’y retourner.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :