Démantèlement des centrales nucléaires: un documentaire alarmant

symbole_nucleaire_adhesif_rond-r2d6e8d37dae1495bbc7b397a03ac3064_v9wth_8byvr_512Mardi dernier, Arte diffusait un reportage intitulé : CENTRALES NUCLÉAIRES, DÉMANTÈLEMENT IMPOSSIBLE ? Le moins que l’on puisse dire est que le constat est véritablement alarmant.

Car oui, une centrale nucléaire a une durée de vie limitée. Mais qu’arrive-t-il lorsque son exploitation est terminée? Visiblement la question ne s’est pas réellement posée il y a quarante ou cinquante ans lorsque les premières centrales ont été construites. La question du démantèlement est une question nouvelle nous dit Corinne Lepage dans ce documentaire. Au bout de 30 secondes, on tombe déjà de haut !

Plusieurs centrales sont actuellement en cours de démantèlement en France. Mais les problèmes techniques ne cessent de s’accumuler. Les difficultés sont bien sûr dues à la radioactivité des différents éléments de la centrale. Le combustible bien évidemment mais également tous les matériaux qui ont été en contact direct ou indirect avec des matières radioactives. Cela représente des milliers de tonnes de déchets à retraiter.

Il faut d’abord démonter chaque pièce afin de pouvoir la traiter. Mais ce travail exige une certaine compétence liée aux risques encourus lors de la manipulation de tels déchets. Or, EDF fait le plus souvent appel à des prestataires qui ont même ont recours à d’autres prestataires et à la fin de la chaîne on ne sait plus très bien si le personnel est véritablement qualifié pour le travail en question ni si les conditions de travail seront à la hauteur. Un représentant de la CGT remarquait que la convention collective majoritaire chez le personnel était celle du nettoyage. On est loin du secteur du nucléaire. Pourtant les radiations de certains éléments restent très dangereuses. Les conséquences d’un mauvais démantèlement ne se verront que bien des années plus tard chez les ouvriers irradiés avec l’apparition de cancers ou autres graves maladies.

Une fois les déchets démontés, le problème reste de taille. La durée de radioactivité est de plusieurs centaines de milliers d’années. Or nous n’avons encore aucune solution fiable pour les retraiter. La solution actuellement envisagée est de stocker à long terme ces déchets hautement radioactifs sous terre à 500 mètres de profondeur dans une roche argileuse. Des kilomètres de galeries sont en train d’être percés pour pouvoir accueillir nos tonnes de déchets provenant de nos centrales. Mais les conditions de sécurité restent floues. La fiabilité d’un tel système n’est pas encore démontrée à long terme. Et d’un point de vue éthique, cela revient à laisser le bébé aux générations futures. Un autre film, Into Eternity, en parlait très bien avec le projet Onkalo en Finlande.

En attendant, tous ces déchets sont stockés temporairement dans les centrales. Personne n’a  encore de solution. Et la situation ne fera qu’empirer avec le vieillissement de notre parc et notre entêtement dans la voie du nucléaire. Ce film nous montre la dangerosité et l’urgence de la situation. Si ça pouvait pousser certains à planter une éolienne dans leur jardin…

La lecture de cet article ira très bien avec ce son de Kraftwerk

Publicités

Retour sur les un an de Saveurlibre.com

Saveurlibre.com aura bientôt un an. Pour les plus fidèles, ça doit faire près de 3 ans maintenant que vous nous lisez mais nous possédons notre propre domaine chez OVH depuis presque un an. C’est l’occasion de faire un petit bilan de cette année mouvementée.

Nous avions décidé de migrer notre blog pour avoir plus de liberté d’action à la fois dans le contenu et l’administration du blog. Grâce à cela, nous pouvons désormais diffuser et héberger des vidéos comme bon nous semble, diffuser toute sorte de contenu, et proposer différents types de services. Jusqu’ici, nous n’en avons pas encore beaucoup profité et vous saurez pourquoi en lisant la suite.

Donc après les fastidieux premiers réglages, nous sommes enfin arrivés à monter ce nouveau site avec une toute nouvelle identité visuelle. C’était aussi la période où plusieurs nouveaux auteurs ont rejoint l’aventure. Grâce à eux, le blog a gagné en diversité sur les thèmes abordés.

Il faut dire que Saveur libre a toujours un peu cherché sa ligne éditoriale. On n’a jamais été vraiment au point là-dessus. La seule ligne directrice était la liberté d’expression. On a eu notre période politique, une période Anonymous, une autre plutôt axée économie. Avec la nouvelle équipe, on en est même venu à parler vin ou musique. Le goût de la liberté on vous dit…

Tout allait bien jusqu’à l’apparition brutale de Justin Beanber sur la page d’accueil et l’arrêt total de la diffusion de contenu (hormis ce cher Justin). Je peux maintenant revenir sur cette interruption temporaire du blog que je regrette maintenant avec le recul.

beanber

Ma plus grosse erreur en créant ce blog a été de ne pas séparer strictement la vie perso et la vie pro. J’ai ouvert le site avec un collègue, chose à ne jamais faire. Pas parce que vous n’avez pas confiance en cette personne, mais parce que tôt ou tard, le blog sera connu de votre société. Pour ça, il suffit de partager des articles sur les réseaux sociaux et boum, un collègue un peu curieux reconnait votre pseudo ou alors est dans la mauvaise liste de diffusion. Bref, à un moment, votre blog perso se retrouve lié à votre sphère pro.

Ce n’est pas forcément gênant si on parle de recettes de choucroute mais quand on parle politique, économie, liberté d’expression, neutralité des réseaux… là ça craint. C’est un peu comme si vous annonciez à votre boss que vous êtes syndiqué chez FO et que pour avez votre carte au NPA. Vous verrez vite un profond changement dans son attitude envers vous.

Il a suffi d’un article pour tout faire sauter. Un article portant sur les lèche-bottes. C’était un article très général, ne visant pas forcément ma société mais évoquant cette attitude particulière qu’ont certains salariés afin d’obtenir certains avantages au détriment des autres. Certains collègues sont tombés dessus et ont dû se sentir visés. Bref, après cet article, le blog a été plus ou moins surveillé par mes supérieurs. Quand je l’ai appris, j’ai donc décidé de fermer temporairement le site en affichant cette image ridicule afin de leur montrer la bêtise de leur réaction.

Finalement, Justin Beanber restera aux commandes tout l’été. Mais déçus surement de ne plus avoir de lecture, mes chers anciens boss ont décidé de lire mes tweets et les articles que je partageais. Ils en ont profité pour me virer au retour de mes vacances au prétexte que j’aurais écrit un article sur un journal en ligne qui les dénigrait. Je leur ai pourtant expliqué que Twitter ne servait pas qu’à publier des articles dont on est l’auteur. J’ai bien sûr nié avoir écrit ces lignes même si je pouvais être d’accord dans certains passages d’où le partage sur ma Timeline. La liberté d’expression n’existe pas chez eux, si ce n’est toi c’est donc ton frère, tu nous aimes ou tu dégages, bref, je suis viré.

Rassurez-vous, ils sont revenus sur leur décision quelques semaines plus tard. Ben oui, il existe quand même un code du travail et des lois dans ce pays, on ne peut pas faire n’importe quoi. Ce n’est pas le far-west. Toujours est-il que je suis quand même viré mais le blog a donc pu rouvrir. Merci les mecs ! 😉

i don't give a fuck!

Par contre, le retour a été plus soft. Désormais je suis plutôt seul et je suis pas mal occupé par d’autres projets dont eXcentr13. Je vous en ai déjà parlé, c’est un Politic Hacklab. On étudie différents aspects de notre société en essayant d’apporter des propositions concrètes pour l’améliorer. Le peu de billets publié a tout de même réussi à attirer l’attention d’une certaine  agence de com’ me demandant des infos sur le nombre de visiteurs du blog. Apparemment la tante surveille de près ce qu’on dit d’elle !

Et puis le chômage ça prend du temps, surtout quand on a deux enfants à la maison. Bon j’avoue la deuxième partie est un pur bonheur. Moi qui pensais prendre un congé parental…

Bref, l’année a été mouvementée. Mais je viens de prolonger mon hébergement chez OVH donc c’est reparti pour au moins un an. L’aventure continue, toujours libre…

Chanson du soir: les ricains

Bush_SaddamHello les amis,

Petit billet un peu spécial puisque vidéo de l’auteur himself. Comme ça faisait un moment que je n’avais pas sorti la guitare de l’étui, je me suis dit autant le faire en ligne.

Cette fois, j’ai ressorti un très vieux texte que j’avais écrit quand Bush avait décidé d’envoyer ses troupes chercher les méchantes armes de dissuasion massive dans la tente de Saddam. Donc, oui ça date et oui, j’étais encore très jeune!

Je n’ai rien changé au texte, ni aux accords, je vous la livre telle quelle et en une seule prise. Pas de retouche, pas de deuxième essai, on laisse les couacs et on balance.

Enjoy si vous le voulez et pour les autres, passez à un autre article 😉

Voilà les paroles pour ceux qui ne comprennent rien à mon charabia…

Prendre un enfant par la main
En faire une pâtée pour chien
Ça peut vous paraître inhumain
Mais c’est ce que font les ricains

Ils balancent leurs bombes à tout va
Et c’est pas la première fois
Avec Bush à la tête des Etats
Ils sont dans tous les combats

Avec un big mac dans une main
Et un M16 dans l’autre main
Ils s’installent chez les Irakiens
Pour contrôler leur destin

On peut toujours tout ignorer
Et garder sa gueule bien fermée
Mais quand leur conquête sera terminée
Il sera trop tard pour crier

 

La presse persiste à s’abrutir de nullités

mediasHoura ! Oyé ! Le nouveau pape est arrivé ! La neige Commence à s’en aller !

Non mais sérieusement, que fait la presse en ce moment? Elle tourne en boucle sur le nouveau pape et sur les intempéries. Mais quelle est la valeur des ces 2 infos potins? Qui s’intéresse encore à la nomination d’un vieux bonhomme par d’autres vieux bonhommes en soutanes, à part les grenouilles de bénitier ? Pour un athée comme moi, j’avoue que c’est l’overdose mais même pour les croyants, je ne vois pas l’intérêt de rester en boucle, les caméras rivées sur une cheminée… 2 minutes au JT devraient amplement suffire. Les vieilles bigotes sont contentes et moi aussi.

Et quand ce n’est pas le vatican, c’est la neige. Houlala la neige est tombée du ciel. Houlala c’est tout blanc partout et même que ça glisse et en plus c’est froid. Non mais sans blague, j’avais pas remarqué ! Ah mais attends, peut-être qu’il y a une info exceptionnelle là-dedans. Hiver, neige, froid, verglas… Non rien d’extravagant, tout est normal. Mais on nous bassine quand même avec ça dans tous les journaux. Un angle pourrait être intéressant: pourquoi ne sommes-nous toujours pas préparés à ces évènements les plus banals ? Là oui, ça m’intéresse. Mais voir Paulo dans sa maison de campagne avec de la neige dans sa cour, je m’en fous royalement. Il suffit que je regarde par la fenêtre…

Mais voilà, la presse est devenue comme ça. Elle aime ces sujets à la con. Enfin, tant qu’il y a du monde pour les lire et les écouter…

Ce qui est dommage c’est qu’on passe à côté de plein de choses intéressantes sur l’économie, l’agriculture, la mondialisation, etc. Mais ça, c’est trop compliqué. Ça prend trop de temps pour pondre un article bien documenté. Non, une double-page sur la neige, c’est plus simple, plus rapide, plus efficace, plus rentable surtout.

Heureusement, certains font encore du bon boulot. Je suis tombé sur un documentaire d’un journaliste allemand sur la crise européenne. Il cherchait à comprendre qui payait et qui percevait réellement l’argent des aides européennes. La presse nous a toujours dit que la France et l’Allemagne étaient les sauveurs de l’Irlande, de la Grèce, de l’Espagne. Mais bizarrement, dans ces pays, la population ne voit pas les choses comme ça. Ben faut dire qu’on leur a demandé de nombreux sacrifices pour finalement aucune amélioration dans leur vie quotidienne. L’argent versé est passé où? Il est retourné en France et en Allemagne. C’est fou non? Mais chut, nous sommes des supers-héros sauveurs de l’univers. Je vous conseille de le regarder: « Quand l’Europe sauve ses banques, qui paye? ». Il est dispo sur Youtube ou alors si vous êtes chez Free, tenez, cadeau.

Allez, longue vie à François et vivement l’été !

Gaffe aux vagues et aux surfeurs

surfeurNon je ne suis pas devenu fou. Je sais bien que nous sommes en plein hiver et que ce n’est pas vraiment le temps rêvé pour faire du surf. Non, récemment j’ai vu le film Die Welle (La Vague en français). Et Reflets a publié une excellente série d’articles de Yovan Menkevick sur les sectes politiques et leurs gourous.

La Vague est un film allemand montrant que l’apparition d’un régime totalitaire est toujours possible même dans un pays avec une histoire si terrible que celle des allemands. Un professeur va ainsi embrigader ses élèves dans un mouvement autoritaire nommé « la vague ». Il va ensuite être complètement dépassé par l’ampleur des évènements  Loin d’être de la fiction, ce film s’inspire d’une expérience menée par un professeur aux Etats-Unis avec sa classe. Il avait ainsi créé « la troisième vague » en référence au troisième Reich et avait été tout aussi dépassé par l’attitude de ses étudiants et par leur implication dans ce parti autoritaire.

La série d’articles de Yovan est également très intéressante et rétablit quelques vérités qu’il est bon de lire. Il nous met en garde contre ces mouvements politiques qui se veulent près du peuple et qui nous proposent chacun la solution miracle à la crise actuelle. Car en grattant un peu, on s’aperçoit qu’ils ne sont jamais loin de l’extrême droite. Que ce soit Asselineau, Soral ou même Etienne Chouard qui entretient des relations pour le moins ambiguës avec des personnes comme Soral ou d’autres révisionnistes. Le néo-fascisme est en passe de devenir la seule alternative à notre système actuel. Et c’est en partie à cause de l’ignorance du peuple et de la désinformation qui est faite chaque jour.

Le néo-fascisme tire sur les bonnes ficelles pour attirer à la fois ouvriers, classe moyenne, souverainistes et extrémistes. Il n’est pas inimaginable que les prochaines élections soient marquées par une forte présence des ces thèses dans les urnes. Une présence au second tour est à envisager, une victoire à redouter.

Il est vrai que les forces politiques « traditionnelles » sont complètement dépassées. Elles ne veulent pas sortir du système actuel où la démocratie est devenue une illusion. Le peuple s’est vu confisqué le pouvoir par les élites. Les inégalités deviennent de plus en plus importantes. Pendant que le 1 % le plus riche continue de s’enrichir, les plus pauvres voient leur situation se dégrader un peu plus chaque jour. Et c’est bien normal car c’est le 1 % qui nous gouverne et qui s’est approprié le pouvoir.

On comprend donc le besoin de changement et cette attirance vers ce néo-fascisme nauséabond. Mais il existe pourtant d’autres solutions. Moins évidentes, il faut l’avouer. Mais beaucoup plus respectueuses de notre démocratie. LA solution, c’est d’y réfléchir ensemble en sortant des théories dominantes. Mais c’est bien là le principal problème : le « ensemble ». Car chacun aspire à avoir une meilleure condition sociale que son voisin. Chacun veut s’élever dans l’échelle sociale même si c’est au détriment de ceux qui sont en bas.

C’est donc à chacun de nous de se bouger et d’apprendre en priorité le « vivre ensemble », la notion de « société ». A chacun de nous de bien faire attention à la vague et aux surfeurs qui tentent de nous embarquer avec eux…

 

Papa Noël, Obelix et ma tante

oui-parfois-le-pere-noel-est-une-ordureNoël, ce n’est plus ce que c’était. La crise est passée par là et tout a changé. D’ habitude, la fin d’année est propice au don de soi, à la charité, à un certain regain d’humanisme. Ceux qui possèdent encore une TV sortent leurs mouchoirs devant les téléfilms américains de l’après-midi comptant une belle histoire d’amour sous la neige et les illuminations d’une avenue commerçante.

Mais cette année, tout fout le camp. Les pauvres peuvent crever. Les sans-abris peuvent bien geler. La neige et l’amour et les illuminations ne font plus pleurer. Cette année, papa Noël prend des airs de père fouettard.

C’est d’abord notre Gégé national qui a ouvert le bal. Sous fond de guerre civile à l’UMP, Gérard Depardieu a dû prendre peur pour son avenir, enfin surtout l’avenir de son compte en banque. Il a donc décidé de s’exiler en Belgique. Ras-le-bol des impôts. Ras-le-bol de la gauche qui veut me prendre tout ma thune. Rien à foutre des français. Rien à foutre de Noël.

Ah pardon, c’est vrai, il se soucie des français. Il le précise dans sa lettre au père Noël à Jean Marc Ayrault. D’ailleurs, il aime tellement la France qu’il a fait plein de films historiques. Si ça c’est pas une preuve en béton… Et puis, il a quand même versé 145 millions d’impôts en 45 ans le Gégé. Tu te rends compte ? Ah oui mais il a gagné combien ? Mince, il ne le dit pas ça…

Trop c’est trop, Gégé s’en va et préfère payer moins et empocher plus. Ah tiens, ça pourrait être un nouveau slogan pour l’UMP en perdition. Après le travailler plus pour gagner plus, Payer moins pour gagner plus.

Mais Gégé ne s’est jamais demandé pourquoi il payait tant. Il ne s’est jamais demandé à quoi servait ce fric. Il aurait dû demander aux intermittents du spectacle qu’il côtoyait tous les jours. Ils auraient peut-être pu le renseigner. Connaît-il le sens du mot « Social », la notion de partage et de justice ? Pas question de redistribuer, Gégé gagne beaucoup et veut tout garder. Non mais attendez, il a quand même dû verser 85 % de ses revenus en impôts en 2012. Ce qu’il ne dit pas, c’est qu’il possède un patrimoine tellement important que ça fausse tout de suite les calculs… Donc Au revoir Gégé, ou plutôt Adieu.

L’autre père fouettard, c’est le crédit municipal de Paris appelé aussi « Chez ma tante ». L’établissement de prêt sur gage va proposer à partir du 2 janvier prochain un prêt santé à un taux de 2,95 %, avec un plafond de 3000€ et sans dépôt d’objet en contrepartie pour un remboursement entre 6 mois et 3 ans. Bravo ma tante ! Vous faites là un grand geste pour les pauvres. Bah oui, selon ma tante, ¼ des français serait obligé de faire un prêt à la consommation pour pouvoir se soigner. Si l’on regarde l’affaire sous cet angle, effectivement, le CMP propose une offre alléchante comparé aux banques. Mais ce prêt santé sonne le glas de notre système de santé. Désormais, la porte est ouverte et pas de doute que beaucoup vont maintenant se précipiter pour proposer de nouvelles offres.

Et puis bientôt, vous verrez la consultation augmenter. Votre mutuelle (pour ceux qui peuvent encore s’en payer une) vous dira alors que vous n’avez qu’à faire un prêt santé pour payer la différence. Vous pouvez faire le deuil des soins intégralement remboursés. D’ici quelques années, nous devrons assumer une partie de plus en plus importante de nos frais de santé. Et on ne pourra plus rien dire car on disposera de prêts santé. Ah bien sûr le taux ne sera plus le même hein. Faut pas rêver… Envoyer tout de suite un mail à votre banquier et réservez dès maintenant votre prêt pour votre prothèse de hanche ou votre pacemaker, on ne sait jamais, il pourrait se montrer plus généreux…

Malgré toutes ces bonnes nouvelles, je vous souhaite un joyeux Noël. N’allez pas à la messe de minuit, jetez éteignez vos TV et ouvrez lez yeux. Bye les amis !

eXcentr13: un Politic Hacklab. Késako ?

Désolé pour mon absence sur ce blog depuis quelques jours, mais j’ai une excuse: je vous préparais de la lecture, beaucoup de lecture sur un autre site: http://www.excentrz.fr

eXcentr13 est un Politic Hacklab dont je fais partie avec d’autres Hackers. Vous commencez à connaître désormais la signification du terme Hacker, je ne vais pas vous embêter avec un nouveau pavé de 20 lignes. Oubliez juste le terme Pirate et vous aurez déjà fait un grand pas.

Le but de ce Hacklab est d’une part de relayer et partager des initiatives et projets novateurs dans des domaines tels que l’économie, l’agriculture, la politique mais aussi de proposer des prototypes permettant de faire bouger notre société.

Depuis la création de ce blog, il y a une idée qui reste ancrée dans mes différents billets: notre système économique, financier, politique, démocratique est en pleine crise et s’entête à rester dans une voie sans issue. Il est nécessaire, vital et urgent de sortir de cette situation où tous les acteurs de notre société sont dans une attitude d’attente. Si nous voulons autre chose, si nous voulons plus de justice, plus de liberté, plus de démocratie, alors proposons et créons notre système.

Voilà l’idée centrale d’eXcentr13. Arrêtons d’attendre. Arrêtons de vouloir gagner du temps. Il est temps d’agir, de nous réapproprier cette société pervertie par une minorité. Et des solutions, il y en a. Nous nous efforcerons de vous le démontrer.

Alors, je vous donne rendez-vous sur eXcentr13 et excusez d’avance mes périodes d’absence sur ce blog…